Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2008 2 12 /02 /février /2008 11:38
 La proposition naïve et étriquée du Pr Mamadou Koulibaly

Le président de l`Assemblée nationale a encore fait une sortie. A Bouaflé, devant des ressortissants du nord, il a appelé à un abandon du franc CFA et martelé que c`était la seule voie pour la Côte d`Ivoire de sortir de la pauvreté. “On ne peut pas continuer avec un franc CFA surévalué qui nous appauvrit. On a une monnaie digne de l`Allemagne aujourd`hui, alors que nous sommes une économie pauvre d`Afrique. Il faut que l`on sache ce que l`on veut. Notre franc CFA, il faut que l`on en finisse avec". C`est la proposition de Mamadou Koulibaly, le président de l`Assemblée nationale et vice-président du Front populaire ivoirien (FPI). Il l`a réitéré le samedi dernier au cours d`un meeting organisé à l`intention de certains ressortissants du nord du pays, vivant à Bouaflé qui signaient leur départ du Rassemblement des républicains (RDR) pour le FPI. Cette proposition de Mamadou Koulibaly n`est certes pas nouvelle. Elle intervient cependant aujourd`hui dans un contexte de pauvreté généralisée qui fonde son actualité. La thérapie que propose le professeur d`économie est-elle la solution à la pauvreté qui frappe la Côte d`Ivoire particulièrement et les pays de l`Union économique et monétaire de l`Afrique de l`ouest (UEMOA) ? La réponse est incontestablement non ? Les raisons sont simples. Pour soutenir sa thèse, Mamadou Koulibaly a cité des exemples de pays qui ont leur propre monnaie. Il a cité le Ghana, le Nigeria, le Liberia, la Guinée, la Tanzanie et l`Afrique du sud. La référence à la monnaie de la Guinée de Lansana Conté est une grosse plaisanterie. Il faut espérer que c`était un lapsus. A la pratique, on constate que l`autonomie monétaire n`a pas pour autant enrichi les Libériens, les Tanzaniens, les Ghanéens ou les Nigérians pas plus qu`elle n`a rendu l`économie de ces pays performante. L`Afrique du sud a pu s`en sortir non pas parce qu`elle a sa propre monnaie, mais parce qu`elle a su construire des institutions fortes après l`épisode honteux de l`apartheid. Aussi parce que ses dirigeants ont su adapter son économie qui a été rudement éprouvée par l`apartheid. Il y a un siècle, l`économie sud-africaine reposait sur l`agriculture. Plus tard, c`est l`industrie minière qui est devenue le pilier de l`économie. Aujourd`hui, les prestations financières dominent largement l`économie suivies de près par l`industrie manufacturière sans exclusion des deux premiers secteurs qui ont fait de ce pays un géant incontournable en Afrique australe. Selon les dernières estimations fournies par l`ambassade d`Afrique du sud à Tunis, le secteur tertiaire représente 65% du produit intérieur brut. L`allusion faite à l`Allemagne est aussi une erreur d`appréciation et relève du pédantisme économique devant des populations qui n`y comprennent rien et sans doute édifiées par les "gros mots" du professeur. Le deutschemark était pour de nombreux Allemands un symbole d`identité nationale et de fierté patriotique. Leur monnaie qui était indubitablement forte était le soubassement de la prospérité et de la solidité de l`économie allemande. Cependant le 1er janvier 2002, l`Allemagne a été le premier membre de l`Union monétaire européenne (UME, aujourd`hui Union européenne tout court) à délaisser sa monnaie nationale pour adopter l`euro comme monnaie courante. Ce sont les exigences de la mondialisation qui excluent le repli sur soi. Le problème de l`appauvrissement de la Côte d`Ivoire n`est donc pas le franc CFA mais l`arrimage de cette monnaie à un franc français qui n`existe plus. Et cette question à laquelle il faudra bien s`attaquer n`a curieusement jamais été posée à l`Assemblée nationale ivoirienne où les députés ont bien compétence pour en parler et pour ouvrir le débat aux autres pays de la zone UEMOA. Mamadou Koulibaly, sur le sujet préfère en parler dans des forums inutiles et inopportuns plutôt que dans des cadres appropriés et conséquents.

Au demeurant, le problème de l`appauvrissement de nos pays de l`UEMOA ne résidant pas dans la dévaluation du CFA, puisque c`est bien ce que propose en définitive le numéro deux de l`Etat. Une première expérience n`a rien donné de positif sur le long terme si ce n`est une embellie à court terme constatée dans certains pays comme la Côte d`Ivoire. Le problème de l`appauvrissement de nos pays africains ne réside pas dans un imaginaire pacte colonial aujourd`hui, refuge attitré de piètres gouvernants. Le problème de l`appauvrissement dans les pays ayant en commun le CFA et dans une large vue dans de nombreux pays africains est bien la mauvaise gouvernance et le manque de vision économique des dirigeants. Pour prendre l`exemple précis de la Côte d`Ivoire, le président Houphouët Boigny a opté dans une vision réaliste qui épousait la réalité sociologique du pays pour une économie basée sur l`agriculture. Sa politique a payé cash. La Côte d`Ivoire est le premier producteur de cacao au monde. Plus de quarante ans après, la morphologie de l`économie mondiale a évolué tandis que l`économie de la Côte d`Ivoire reste dépendante de l`agriculture aujourd`hui en parfaite désagrégation du fait d`une intrusion politique mafieuse dans les différentes filières agricoles. Le politique et sa façon broussarde de concevoir la gouvernance est bien la cause de l`appauvrissement du pays (près de 70% des Ivoiriens ne mangent plus qu`un repas par jour, à en croire Mamadou Koulibaly lui-même). Quand les salaires sont écrasés par des impôts des plus farfelus aux plus inutiles (contribution nationale, contribution nationale solidarité) quand les petites et moyennes entreprises (PME) sont étranglées par un taux d`imposition qui alourdit leurs rentabilités et leurs performances, quand il n`y a aucune politique de maîtrise du taux d`inflation, ni un seul programme de création d`emplois…la richesse au plan micro économique comme macro économique est impossible. Et pour ne rien arranger, quand il y a une sorte de blanc seing pour voyous à cols blancs (cf " ce n`est pas mon rôle de mettre en garde les voleurs " lancé par Laurent Gbagbo) et quand l`impunité (malversation d`environ 100 milliards dans l`achat d`une usine de chocolat aux Etats-Unis, scandale des déchets toxiques, explication de l`enrichissement rapide…) est érigée en règle de gouvernement, l`affaissement économique de l`Etat est une logique inévitable. Pour tout dire, la proposition de Mamadou Koulibaly a le mérite d`amuser la galerie dans les "agoras" et autres forums où sont réunis des analphabètes. Elle reste et demeure fondamentalement naïve et étriquée.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by andré silver konan - dans Economie africaine
commenter cet article

commentaires

andre silver konan 13/02/2008 20:07

je crois que dans le fond, vous ne détruisez pas ma position et je m'en réjouis. vous êtes en train de transposer le débat. vous posez le problème de l'endettement des pays africains. c'est un autre débat. ce dont il s'agit ici, c'est la position de M. koulibaly qui propose comme solution à la pauvreté des populations en côte d'ivoire la disparition du cfa. ne changez pas le débat. encore une fois l'exemple que vous prenez avec le ghana n'est pas appropprié et vous le savez très bien. et ne m'amenez pas à m'expliquer chaque fois sur le fait que je travaille au nouveau réveil. je n'en fais pas un complexe et je vous invite à m'imiter. sur la gestion du pdci, ce n'est pas la première fois que je vous invite à poser la question aux responsables de ce parti. les débats superficiels manichéens ne m'intéressent (surtout) pas. je vous en prie. c'est un plaidoyer.
pour le reste j'ai apprécié la "contribution majestueuse", moi je dirais magistrale, de M. sanou. Il dit la même chose que moi quand il parle de réforme du CFA.

fernand koblan 13/02/2008 19:09

a lire votre reponse à ma contribution, l'on se rend compte que jamais il ne vous est venu à l'esprit de faire des investigations sur la situation economique et monetaire de notre pays depuis l'independance à ce jour.
lorsque le professeur koulibaly mamadou parle des pays ayant leur propre monnaie, il ne fait pas forcement allusion à la prospérité mais nous invite à savoir que ces pays ne subissent pas les caprices des occidentaux quant aux choix à faire pour le developpement de leur pays.certes la monnaie du ghana n'est pas forte comme le cfa mais n'empêche de reconnaître que le ghana ne fait pas partir des pays les plus endettés de la planete. pourtant la côte d'ivoire et tous les pays de la zone franc en font partir ça aussi ce sont des réalités qui fondent les arguments du professeur mamadou koulibaly et partant de nombreux economistes de la trempe de monsieur mbaye sanou qui a fait une contribution majestueuse sur ton blog.il faut souvent lire entre les lignes les contributions des autres.
quand tu te dis intellectuel libre, je me demande si tu es serieux avec toi mon cher. parce qu'un intellectuel ne marchande pas sa dignité or en la matière, tu ecris dans un quotidien inféodé à un parti qui a conduit ce pays dans le gouffre. si vraiment tu revendiques ta liberté alors fait comme théophile kouamouo; lui au moins à demontrer que l'africain a encore de la dignité. il ne faut venir nous distraire ici avec ton intellectualisme à la venance konan et consorts.

andre silver konan 13/02/2008 15:29

M. koblan me pose des questions auxquelles je ne peux répondre. il me pose des questions dont il se trompe de destinataire. il faudra poser ces questions aux responsables du pdci. je n'en suis pas un. je l'ai déjà dit à d'autres internautes et je le répète, je tarvaille au nouveau réveil et je l'assume. cela ne m'interdis pas moins de demeurer un iltellectuel libre.
le problème que je pose est de fond et ne saurait s'embarasser de jugements partisans ni partiaux.
mon analyse s'est fait à deux niveaux. premièrement, j'ai dit que le lieu indiqué est inconséquent. pour la simple raison que M. koulibaly n'a jamais et fort curieusement posé le problème à l'assemblée nationale ivoirienne encore moins à des forums internationaux.
deuxièmement je dis et je le soutiens, les exemples de pays qu'il a donné sont une grosse plaisanterie. je connais certains de ces pays pour les avoir visités. même l'exemple de l'allemagne est une méprise puisque ce pays en dépit de la puissance de sa monnaie a été le premier pays à abandonner sa monnaie. nous sommes dans un contexte de globalisation qui abhore les systèmes autarciques et les pays de l'ue l'ont compris.
conseiller un repli sur soi est suicidaire. absolument.
ma position est très claire et elle sera ma conclusion: le problème de fond est l'arrimage du cfa au franc français qui n'existe plus. c'est le combat qu'il faut mener pour ne plus que le trésor français continue de gérer lla réserve des deux banques centrales de ses anciennes colonies. pour faire simple, il s'agit de libérer le CFA.
c'est différent de la liquidation du CFa ou de la création de monnaies nationales comme le prône le président de l'assemblée nationale.
et sur ce sujet, si tant est que M gbagbo est un patriote dans l'âme et que les autres leaders qui ont géré avant lui le pays sont des suppôts du "colon" (c'est un terme du reste obscurantiste qui cache notre refus de nous assumer), l'on s'étonne que sur ce sujet il demeure atrocement muet.

fernand koblan 13/02/2008 10:13

je ne veux pas m'etendre sur la clairvoyance du professeur mamadou koulibaly. je me demande si le sieur silver konan, peut expliquer pourquoi du miracle ivoirien dans les années 70 nous sommes passés à la conjoncture dans les années 80 et finir par la devaluation de notre franc cfa dans les années 90?
comment explique-t-il les pluies de milliards sous le président bédie en 1994 qui du coup se sont assèchées avec une inflation sevère!
lorsqu'il aura demontrer les raisons de toutes ses embellies et souffrances du peuple ivoirien alors il comprendra pourquoi il faut encourager le professeur mamadou koulibaly. la demarche du professeur sied avec sa fonction de representant du peuple car il faut expliquer au peuple pourquoi doit -on entreprendre une reforme quelconque; cette explication doit se faire dans le peuple et le lieu indiqué par excellence n'est autre que les agoras, les meetings et les forums publics.
pourquoi du president houphouet boigny au president henri konan bedie la côte d'ivoire dispose -t-elle d'une seule université alors que la vente du cacao a remporté beaucoup d'argent au pays? simplement l'argent de la vente de notre cacao devait être conservé au trésor français. c'est parce que les présidents houphouet boigny et henri konan bedie n'ont pas eu le courage de denoncer ces faits que nous sommes là où nous sommes aujourd'hui.
il faut souvent avoir des analyses objectives et non partisanes même si l'on écrit pour le journal du parti démocratique de côte d'ivoire (PDCI) j'ai nommé le nouveau reveil. le nom du quotidien est revelateur" le nouveau réveil". Il ne faut pas tenir responsable le parti actuel au pouvoir les souffrances du peuple car pour porter un jugement objectif , il aurait fallut que le FPI gouverne seul le pays or en la matière ; depuis l'élection du président gbagbo en octobre 2000 à ce jour les gouvernements successifs sont constitués des répresentants de tous les partis politiques ivoiriens. Le PDCI depuis le gouvernement AFFI à celui de SORO guillaume a toujourqs eu des ministres . Jamais vous n'avez refusé de participer à ces gouvernements. Lorsque le fpi critiquait les gouvernements PDCI il n'y avait aucun ministre fpi dans ces gouvernements. Il ne faut pas transporter votre incompétence viscérale sur les terrains de debats intellectuels. IL suiffit que gbagbo ou koubaly mamadou disent quelque chose pour que votre instinct intellectuel vous interpelle alors quand votre président henri konan bedie encourage le president de la jeunesse pdi kouadio konan bertin a defié les institutions de votre pays, comme par enchantement l'intello que vous êtes disparait.
le professeur mamadou koulibaly est le vrai intellectuel qui soit au pays car lui il a le courage de denoncer les errements de ses camarades et des colons ce qui n'a jamais été le cas des pseudos intellectuels au PDCI.
pendant plus de 4 decenies, ils ont été les complices de nos bourreaux c'est ce qui explique l'état actuel de la côte d'ivoire.

Lydie 12/02/2008 18:58

Lire la proposition de M. KOULIBALY revient à la fameuse supression de la Caistab que beaucoup de planteurs regrettent du fait que le minimum de revenu ne leur est plus garanti. Parler dans le vide, faire de telles propositions alors que la RCI se trouve dans une situation socio-politico-économque désastreuse c'est faire preuve d'irresponsabilité. Autant tuer les ivoiriens et puis c'est mieux. Si la Côte d'Ivoire avait connu une forte croissance, diversifié ses sources de revenus, la question aurait pu être étudiée mais aujourd'hui quand même soyons réalistes.
Résolvons d'abord la crise actuelle avant de lancer de grands débats actuellement inutiles et suicidaires.