Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 14:41

Qui était Thierry Zébié ? Comment a-t-il été tué ? Qui l’a tué et pourquoi ? Plus de dix-huit ans après la mort violente de cet étudiant de 24 ans, inscrit à la faculté de sciences et techniques de l’université d’Abidjan, témoins oculaires et auriculaires, acteurs directs ou indirects de cette affaire, commencent à briser la loi de l’omerta qui depuis le jour noir du lundi 17 juin 1991, maintient cette mort au panthéon des crimes non élucidés. Le début de la vérité sur ce crime attribué à la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (Fesci), moins de deux ans après sa création ? Enquête sur un drame médiatisé qui a bouleversé le milieu scolaire et estudiantin.

 

“Nous ne sommes pas découragés, mais désolés et déçus d’avoir constaté que la Côte d’Ivoire ait pu fabriquer des produits de cette nature, les mêmes qui s’étaient signalés par l’assassinat de leur camarade Thierry Zébié, il y a quelques années”. A la veille de la fête de Noël 2002, en pleine crise politico-armée, Augustin Laurent Dona Fologo évoque un souvenir douloureux : la mort de Thierry Zébié Zirignon. Le président du Conseil économique et social ne cache pas son amertume. Désigné négociateur pour le compte de l’Etat de Côte d’Ivoire par le président de la République Laurent Gbagbo, quarante-cinq jours plus tôt, il revient du Togo,  » la mort dans l’âme « , selon ses propres termes. Il fait le parallèle entre la mort brutale de Thierry Zébié attribuée à la Fesci et la rébellion de ceux qui s’appelleront plus tard les Forces nouvelles, conduite par un certain Guillaume Soro, ex-secrétaire général de la Fesci , présent à Lomé. L’accusation de Laurent Dona Fologo, ministre au moment des faits et secrétaire général du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, parti alors au pouvoir) est à la fois impersonnelle et simple. Elle a toutefois le mérite de replacer la Fesci au banc des accusés de crimes. L’énoncé des faits, lui, n’est pas aussi simple.

 

« Le 17 juin, relate Alphonse Voho Sahi, actuel conseiller spécial du chef de l’Etat et enseignant syndicaliste à l’université d’Abidjan, à cette époque, dans son livre  » Une chronique de la révolution démocratique en Côte d’Ivoire (1989-1995) », au cours d’un meeting organisé au parking de l’université, les étudiants décident de  » libérer le Koweit « . Un nom donné à la cité universitaire de Mermoz occupée par Zébié qui y règne en maître comme Saddam Hussein au Koweit. Nous sommes dans le contexte de la première guerre du Golfe dont les images sont retransmises chaque soir au Centre culturel français d’Abidjan, au journal télévisé de la nationale française France 2. Il faut donc  » libérer  » Mermoz comme les Américains, le Koweit. La marche rassemble tant de monde qu’au moment où la tête de manifestation se trouve au Cours secondaire protestant (CSP), la queue est toujours au campus. La foule n’est pas encore arrivée à la cité Mermoz quand on découvre le corps de Thierry Zébié, couvert de toutes sortes d’objets ; morceaux de bois et cailloux comme on en trouve sur un chien écrasé ». Il est un peu plus de 12 heures.

 

Négocier avec Zébié

 

Eugène Djué, alors numéro deux de la Fesci se souvient : « Quand nous convoquons notre meeting le lundi 17 juin 1990, au campus de Cocody, Thierry Zébié n’entreprend rien de grave. Nous finissons notre meeting sans incident. Les étudiants se dispersent. Mais certains membres du bureau restent là et nous nous rendons au  » guédégbadrôme  » (lieu de vente de beignets, NDLR). Il y a des gens qui criaient pendant le meeting, « Libérez le Koweit ! » Mais cela ne relève d’aucune préméditation. Quand, à un moment donné, on décide de rentrer, nous voyons des étudiants en train de courir partout. On rencontre un, en sang, qui fuit. Nous devions passer par Mermoz pour aller chez Martial Ahipeaud, à la Sogephia. Sur notre passage, les gendarmes sont arrêtés au carrefour de Mermoz. Apparemment, ils ne sont pas informés qu’un drame vient de se produire. C’est quand nous arrivons chez Martial Ahipeaud qu’on apprend que Thierry Zébié a été tué « .

 

Martial Joseph Ahipeaud, alors secrétaire général de la Fesci , soutient qu’il fait tout ce qui est en son pouvoir, ce jour-là pour éviter le drame. Dans un premier temps, il dit « avoir essayé de contenir la foule ». « Ce sont les filles de Mermoz qui sifflent pour convoquer un meeting au campus, sur le parking. La direction de la Fesci est prise de court car je m’apprête, ce jour-là à aller déposer la liste des loubards à la Primature pour exiger du gouvernement une action contre leurs exactions. C’est ainsi que je me retrouve sur le parking pour essayer de contenir la foule », relate-t-il. Il soutient avoir, dans un second temps, « envoyé certains responsables de la direction vers Mermoz pour négocier avec Zébié et ses amis en leur demandant de bien vouloir quitter la cité avant l’arrivée de la foule puisqu’elle est difficile à contenir. Car les filles de Mermoz exigent un meeting dans leur cité pour la libérer de l’emprise de Zébié et de sa terreur. Les camarades du bureau exécutif national de la Fesci , envoyés sur place, trouvent Zébié et ses camarades au kiosque. Lorsque les camarades leur donnent l’information, tous les autres prennent des taxis et quittent la cité. Sauf Zébié ».

 

Dans un troisième temps, il dit tenter la diversion : « Pour faire baisser la tension, je fais traîner la foule deux heures durant sur le campus en inventant la marche sinueuse qui devrait parcourir toutes les administrations de l’université ».

 

Sous la pression de « la foule d’étudiants qui exige que le secrétaire général les conduise à Mermoz qui doit être  » libéré  » car la Fesci doit y tenir son premier meeting contre l’avis des loubards », Martial Ahipeaud finit par prendre la voie de la cité universitaire de Mermoz.

 

« Je suis à la montée de la colline du Collège de Cocody, fait-il savoir, quand l’incident du meurtre de Zébié me parvient ».

 

Le témoignage de Jean Blé Guirao, alors numéro trois de la Fesci est plus précis : « La foule d’étudiants qui devance le secrétaire général à Mermoz se retrouve nez à nez avec Thierry Zébié et trois de ses gars, au kiosque, devant la cité. Thierry Zébié est armé d’un pistolet. Devant la foule, il tire en l’air. Quand il sent que la pression de la foule ne faiblit pas, il s’enfuit et va trouver refuge dans la villa d’un couple qui à ce temps, aide beaucoup les militants de la Fesci. Thierry Zébié sait, étant donné qu’il était l’un des nôtres au début, que quand on nous pourchasse de Mermoz, on se refugie souvent là-bas. Les gens le suivent. Très vite, la villa est encerclée. Le salon est investi. De même que la chambre ».

 

Les dernières secondes de l’étudiant relèvent des fictions de mort violente. Selon Jean Blé Guirao, « Il y a trois personnes en tenue jeans complet avec des paires de basket, qui sont dans la cuisine. C’est l’un d’eux qui porte la brique sur la tête de Thierry Zébié qui s’écroule ».

 

Par la suite, selon les témoignages que Martial Ahipeaud dit avoir recueillis plus tard, l’individu « qui l’assomme le livre à la vindicte populaire ».

 

« L’irréparable »

 

La nouvelle de « l’irréparable », expression employée par le commentateur du reportage diffusé au journal de 13 heures à la télé nationale, le même jour, plonge la Nation dans l’émoi.

 

« C’est un événement douloureux, se rappelle Thérèse Yobouet, présentatrice du journal de 13 heures, ce jour-là. C’est la première fois qu’un tel drame survient et j’en suis complètement bouleversée puisqu’il s’agit de la mort d’un homme ».

 

Comment en est-on arrivé là ? Dans un document disponible sur le site de son parti politique, l’Union pour le développement et les libertés (UDL), intitulé « De Zébié à Guéi : au nom de la liberté », Martial Ahipeaud, aujourd’hui titulaire d’un doctorat et résidant pour la plupart du temps en Europe, répertorie des actes qu’il attribue à Thierry Zébié, susceptibles d’expliquer son lynchage à mort, du moins la fronde des militants de la Fesci contre lui.

 

« Le 7 février 1991, écrit Martial Ahipeaud, Thierry Zébié conduit une action de sabotage de ma conférence de presse se tenant à l’amphi Léon Robert (…) Le 14 février 1991, Zébié et sa bande de loubards vont incendier la maison de mes parents adoptifs à Cocody Sogefia. Entre février et mai 1991, ses actes de violation de la dignité féminine sont légion à la cité universitaire de Mermoz. Le 15 mai 1991, à la tête d’une cohorte de loubards, Zébié attaque ma conférence de presse qui se tient au Forum de l’université. Notre camarade Marius Eponon a la paume transpercée quand il s’interpose entre le couteau d’un des loubards et moi. La nuit du 17 mai 1991, Zébié conduit les forces spéciales qui massacrent les étudiants à la cité universitaire de Yopougon. La nuit du 16 juin, il laisse dans le coma, un étudiant sur le campus parce qu’il conteste avec d’autres camarades la dernière décision du Président Houphouët de créer une commission nationale d’enquête (sur les événements de Yopougon, dans la nuit du 17 mai 1991, NDLR) alors que la Fesci veut une commission internationale. C’est cette énième action qui pousse les filles à organiser un meeting de protestation contre sa bande le lendemain alors que la direction de la Fesci avait donné le mot d’ordre de calme ».

 

La vengeance comme mobile du crime? « J’affirme haut et fort que ce n’est pas la Fesci qui a commis ce crime », se défend Martial Ahipeaud. Non coupable ! Telle est invariablement la ligne de défense de la direction de la Fesci.

 

« A l’époque, je suis étiqueté comme le dernier des extrémistes, mais pas une seule fois l’idée de tuer quelqu’un ne me vient en tête en dépit, je précise, de tout ce que Thierry Zébié nous fait subir, à savoir les humiliations, les bastonnades, etc. Je suis là, sincère devant Dieu et je dis que jamais un jour, l’idée ne nous est venue en tête de le tuer. Jamais. Peut-être l’effrayer, le frapper un peu et le laisser partir, mais aller jusqu’à le tuer, jamais ! », jure Eugène Djué.

 

Pour lui, le gouvernement (PDCI) du Premier ministre Alassane Ouattara qui désigne quatre jours après, la Fesci comme étant responsable de la mort de Thierry Zébié, trouve en eux « le coupable idéal. Ceux qui tuent Thierry Zébié sont convaincus qu’ils ne seraient pas du tout soupçonnés, parce que le coupable désigné est là, c’est la Fesci qui avait tenu un meeting au cours duquel on a crié « Libérez le Koweit ! ». Mais  » Libérez le Koweit », c’est quoi ? Etait-ce aller tuer quelqu’un ? Non ».

 

Les responsables de la Fesci voient en cette mort, un coup monté du pouvoir. « Les trois personnes en tenue jeans complet avec des paires de basket, sont habillées exactement comme les éléments de la brigade de recherche de la gendarmerie. Je savais comment ils s’habillaient parce qu’on était très souvent confronté à eux. Ceux qui ont kidnappé une étudiante devant la cité Rouge s’habillaient exactement ainsi. C’est l’un d’eux qui a porté la brique sur la tête de Thierry Zébié », accuse Jean Blé Guirao, aujourd’hui secrétaire général adjoint de l’Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire (UDPCI, parti d’opposition). Dans quel but le pouvoir ferait-il tuer Thierry Zébié qui s’oppose à la Fesci , la bête noire du gouvernement ? Dans le but de noircir le casier judiciaire de ce mouvement et de détruire son honorabilité dans l’opinion ainsi que freiner son influence dans le milieu estudiantin, répondent en chœur les responsables de l’époque. « La preuve est que, démontre Martial Ahipeaud, le 21 juin 1991, soit quatorze mois jour pour jour après la création de la Fesci , symboliquement, le gouvernement prend une décision de dissolution de notre syndicat. A qui profite alors le crime ? ».

 

Militant de la Fesci

 

A la Fesci , rétorque d’un côté le gouvernement et de l’autre, d’autres étudiants qui fustigent les méthodes de la Fesci. Parmi eux, Claude Daniel Djè Konan, alors étudiant au département d’allemand et président de la Jeunesse estudiantine du PDCI, section Yopougon-Toits rouges. Pour lui, « Thierry Zébié est au départ un militant de la Fesci. Il découvre par la suite que ce mouvement est plutôt une mafia à la solde de l’opposition d’alors pour renverser le pouvoir PDCI. Il se retire carrément. La Fesci ne lui pardonne pas ce qu’elle qualifie de « félonie ». Elle cherche donc à l’éliminer. Non seulement pour se venger de lui mais pour passer un message très ferme à tous ceux qui comme Thierry Zébié, seraient tentés de rallier le camp adverse. Des gens de la Fesci le ratent une première fois dans un maquis à Yopougon. La dernière tentative est l’opération conduite par Martial Ahipeaud lui-même à partir du campus. Presque toute la Fesci réussit à surprendre Zébié dans le kiosque à Mermoz ».

 

Eugène Djué reconnait, en effet que Thierry Zébié est au départ l’un des leurs. « C’est lui qui nous aide à escalader les murs quand la police boucle certains endroits, au début de la lutte ».

 

Les allégations de Claude Daniel Djè Konan sont corroborées par Fabrice Sibry Mahi, étudiant en licence de mathématique à cette époque et résident de la cité de Mermoz. « Je ne suis pas alors un ami de Thierry Zébié, juste quelqu’un qui échange de temps en temps avec lui », précise-t-il. Il se souvient de lui comme étant « un garçon brillant, un solide gaillard, adepte des arts martiaux, élégant et propre sur lui ». Fabrice Sibry Mahi, se disant aujourd’hui « libre penseur » fait savoir qu’il assiste de loin à la scène, « parce que tout cela lui fait peur. Ce jour-là, on sent que quelque chose de grave va se passer. Les militants de la Fesci sont comme pris d’une transe collective. Ils courent dans tous les sens, crient ». Il soutient qu’il voit des membres du bureau de la Fesci discuter avec Thierry Zébié et des gens autour de lui. « Je ne m’intéresse pas trop aux manifestations, de ce fait, je sais qu’ils sont membres du bureau de Martial Ahipeaud mais je ne connais pas leur nom. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle ils en veulent à Thierry Zébié. Ce dernier dans le milieu estudiantin est autant célèbre que Martial Ahipeaud, plus que Eugène Djué, le numéro deux et encore plus que Blé Guirao, que les étudiants connaissent à peine. En outre, nombre d’étudiants sont jaloux de lui parce qu’ils lui reprochent une vie ostentatoire. Ce qui n’est pas faux ». Fabrice Sibry Mahi, aujourd’hui cadre supérieur dans une entreprise privée, avance que  » le 17 juin, vers midi, alors que la foule d’étudiants encercle de plus en plus Thierry Zébié, un coup de feu est tiré. Je ne vois pas Thierry Zébié tirer pas plus que celui qui tire. Mais la thèse défendue plus tard par les responsables de la Fesci , tendant à dire que Thierry Zébié tire avec un pistolet qu’il a sur lui, pour moi est totalement contradictoire ». La raison : « Si tant est qu’il possède un pistolet et qu’il sait tirer, pourquoi n’use-t-il pas de son arme pour se défendre quand il sent que son heure est proche parce que les militants de la Fesci l’ont rejoint dans la maison où il trouve refuge et le menacent avec des objets contondants divers ? ». Pour lui, « c’est justement ce coup de feu qui fait fuir Thierry Zébié, un garçon connu pour n’avoir peur de personne et qui plus est, inspire la crainte chez ses assaillants qui n’osent d’ailleurs pas l’approcher ». Fabrice Sibry Mahi est formel : « personnellement, je réprouve surtout la violence sexuelle attribuée à Thierry Zébié, cependant ma conviction est faite que les responsables de la Fesci de l’époque, ont minutieusement préparé son assassinat. Le motif est simple : il les combat ouvertement et son combat commence à trouver des soutiens dans d’autres cités, surtout celles de Cocody où certains étudiants que la Fesci qualifie de loubards s’organisent pour ne pas qu’elle y prenne pied ».

 

« Dieu nous pardonne »

 

La piste Fesci bénéficie de l’intime conviction de l’Union interafricaine des droits de l’homme (UIDH). Dans un communiqué publié en mai 2007, à la suite du saccage du siège de la Ligue ivoirienne des droits de l’homme (Lidho) par des individus présumés de la Fesci , l’UIDH affirme que « depuis quelques années, la Fesci a pris une forme proche d’une organisation mafieuse. Elle s’est illustrée de façon notoire, dans de nombreux cas de violations de droits de l’homme. Son nom est associé aux assassinats de Thierry Zébié, un étudiant hostile à ses agissements, d’Habib Dodo, un dirigeant de l’Association générale des élèves et étudiants de Côte d’Ivoire (Ageeci) ».

 

Pour sa part, Laurent Gbagbo monte au créneau quand Alassane Ouattara prend la décision de dissoudre la Fesci. Il parle d’une  » grande erreur  » et apporte officiellement son soutien politique à la Fesci.

 

Plus de dix-huit ans après ce drame qui continue vraisemblablement de hanter les souvenirs de nombre d’Ivoiriens et d’étudiants de cette époque, Martial Ahipaud continue de clamer son innocence : « Dieu est mon juge et il sait que je suis innocent de ce sang versé ». En attendant la mise sur pied d’une commission d’enquête, qu’il réclame, il conclut que « le 17 juin 1991, un crime fut commis et fut mis sur le dos de la Fesci qui, par moi, avait tout tenté pour l’éviter. Dieu nous pardonne le sang versé ».

 

André Silver Konan

Partager cet article

Repost 0

commentaires

nike air max 90 01/02/2010 04:00


J'apprends bcp de cet article!!
Merci bcp!!!