Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 septembre 2010 5 03 /09 /septembre /2010 15:48

Leur lieu de commerce : les chaussées et les bandes blanches des grands boulevards d'Abidjan. Presque tous les jours, leur silhouette frêle, frôle les véhicules et tutoie le danger. Certaines ont à peine dix ans. D'autres, sont des filles-mères. Quelles raisons peuvent pousser ces vendeuses ambulantes à défier la mort, quotidiennement ? Pourquoi ne quittent-elles pas les chaussées en dépit des risques divers ? Enquête.

 

La tête écrabouillée d'une fillette, sous un énorme pneu d'un car de transport. L'image a fait le tour des rédactions d'Abidjan. Nous sommes en décembre 2008. La fillette était une vendeuse ambulante de sachets d'eau glacée, le long des chaussées du corridor de Yopougon Gesco d'Abidjan. Le drame abondamment relayé par la presse a été classé sans suite, après une brève interpellation du chauffeur. Aucun parent de la victime ne s'était, en effet, présenté à la police.

 La victime était une déplacée de guerre. Selon les confidences de ses camarades du corridor de Yopougon Gesco, celle-ci dormait à la station d'essence, non loin de là. Une fillette de la rue, en quelque sorte.

 Manifestement, le manque d'encadrement familial et l'inexistence d'une cellule familiale ou d'une famille d'accueil, ont été fatals pour la petite vendeuse de sachets d'eau glacée. Comme elle, nombreuses sont les jeunes filles qui se retrouvent à se " débrouiller " sur les chaussées d'Abidjan.

 

Poussées par la misère

Affoussatou Maranga, elle, n'est pas une fille de la rue. " Ma maman est à Colombie. C'est elle qui m'a dit de venir vendre ici. Mon père est mort ", témoigne-t-elle. Son père était un travailleur immigré. Sa mère, une Ivoirienne, est illettrée. Colombie est un quartier précaire situé à quelques encablures du carrefour Duncan du quartier chic des Deux-Plateaux d'Abidjan. Un carrefour où la densité du trafic provoque souvent d'énormes embouteillages dont raffolent les vendeuses des chaussées. Un père décédé, une mère sans emploi, une famille sans sou. A 12 ans, avec son foulard négligemment noué sur la tête, le regard vif, le sourire crispé, Affoussatou, porte le poids d'une famille de quatre enfants, sur ses frêles épaules. Depuis deux ans, elle se faufile entre les voitures, pour proposer aux automobilistes, ses serviettes "Gbagbo", ainsi appelées, parce qu'elles étaient régulièrement utilisées par le chef de l'Etat actuel, lors de ses marches, quand il était à l'opposition. Elle n'a jamais mis les pieds à l'école.

" Par jour, raconte-t-elle, en guettant le trafic sur le boulevard des Martyrs (ex-Latrille), au carrefour Las Palmas des Deux-Plateaux, je gagne 1.000 francs ou 1 500 francs ". Somme représentant le bénéfice tiré de la vente de petites serviettes de poche. Elle les revend à 100 francs CFA l'unité, après les avoir prises " en gros, à crédit chez une grande sœur à Adjamé ".

 

Risques

Qu'elles soient vendeuses de chewing-gum (100 francs CFA le paquet), de pommes (150 francs CFA l'unité), d'oranges (trois pour 100 francs CFA), de sachets d'eau glacée (50 francs CFA le sachet), etc., leur bénéfice quotidien dépasse rarement 2 000 francs CFA. Dans une publication intitulée " Villes et citadins des tiers-mondes ", des chercheurs du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) de l'Université de Lyon II, expliquent que bien qu'elles soient dérisoires, " les sommes retirées des ventes quotidiennes sont immédiatement utilisées à satisfaire les besoins de la vie courante (nourriture, loyers, frais d'écolage…) sans que l'on fasse une différence bien nette entre chiffre d'affaires et bénéfice ".

La satisfaction de besoins primaires. Telle est l'une des raisons, outre la pauvreté de la famille, qui a poussé Fanta Sanogo, 19 ans, mère d'une fillette de 3 ans, à se risquer sur les chaussées du rond-point d'Adjamé Indénié (commune d'Abidjan). " Le père de mon enfant a refusé la grossesse, soutient-elle. J'utilise l'argent pour payer des habits pour mon enfant et pour le nourrir ".

Fanta Sanogo vit au Quartier Rouge, un sous-quartier populaire de la commune d'Adjamé. Elle a été témoin d'un accident de la circulation au carrefour de l'Indénié, qui l'a bouleversée, il y a un an. " Un monsieur a cogné un jeune qui vendait des papiers hygiéniques. Le monsieur est parti.

Heureusement, le jeune n'est pas mort. Il est revenu pour revendre ", raconte-t-elle d'une voix étouffée.

La traque quotidienne des services du District d'Abidjan, qui luttent contre les occupations anarchiques des trottoirs, la révoltent plutôt que de la décourager. Les maladies liées à la longue exposition au soleil, la fatigue (personne ne peut savoir combien de kilomètres elles ont dans les jambes par jour, tant elles courent après les véhicules), les railleries et insultes des passants et les arrestations de la police du District, font partie des risques du métier.

 

" Que faire ? "

 " Qu'est-ce que les autorités veulent qu'on fasse ? Qu'on aille voler ou mendier ? ", lance Fanta Sanogo, les traits tirés par la colère.

Celle-ci veut bien abandonner ce métier " fait pour les hommes ", comme elle dit, qui ne lui rapporte pas grand-chose. Mais que peut-on faire, quand on a arrêté ses études à l'école primaire, sans avoir obtenu le Certificat d'étude primaire et élémentaire (CEPE), quand on n'a aucune épargne et que les structures chargées de l'encadrement des jeunes filles sont inaccessibles ?  

Fanta a la réponse : rester aux abords des trottoirs. Car soutient-elle : " Je sais que quelqu'un peut venir me menacer en m'accusant d'avoir volé quelque chose dans sa voiture, qu'un chauffeur peut me renverser, mais si je ne viens pas sur la route, mon enfant, il mange quoi ? ".

 Fatalité ? Certainement pas. Elles sont tout simplement " prises entre des exigences et les contingences de leur vie quotidienne ", souligne Dr Alfred Babo, psychologue et enseignant-chercheur à l'université de Bouaké.

Poussées par la pauvreté, l'analphabétisme, le manque d'encadrement familial ou structurel, le chômage, etc., des jeunes filles des banlieues d'Abidjan font les trottoirs en proposant des produits divers et peu coûteux, aux usagers de la route. Jusqu'à quand vont-elles résister à la tentation de faire les trottoirs en offrant leurs corps ?

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires